On adore l’Ile du Prince Edouard !

C’est sous un temps pluvieux que nous quittons la Nouvelle-Ecosse à bord d’un ferry, et après 1h30 de traversée nous débarquons à 18h sous le soleil sur l’Ile du Prince Edouard !

Premier bivouac sur un parking au bord de la plage. On sort se dégourdir les jambes, et on remarque quelque chose qui bouge dans l’eau au loin… un nageur ?! Il faut en avoir le cœur net, alors on prend les jumelles pour découvrir… des phoques ! Ils sont 2 ou 3 à jouer dans l’eau et une dizaine à se reposer sur des rochers au milieu de l’eau. C’est l’occasion rêvée de sortir le drone, mais ils l’entendent arriver de loin, et replongent dans l’eau ! Dommage !
Après une nuit très tranquille, ils sont à nouveau là le lendemain matin. On passe 2 heures à les observer et à les survoler… moment magique !

On se décide quand même à bouger, et après un pique-nique au bord de l’eau, on roule jusqu’à un autre parking en bord de plage au nord de l’île. Baignade dans une eau chaude et transparente, sur une plage de sable fin déserte, à l’exception des crabes ! Il manque seulement les palmiers pour se croire dans les Caraïbes !
Mais pour casser cette magie, à 18h, les maringouins débarquent (ce sont les moustiques) ! On abandonne l’idée de dîner sur la plage, on se réfugie dans le camping-car et on fait la chasse à ces sales bêtes ! Elles sont coriaces ces bestioles ! Fabien arrivent à se faire piquer à travers le t-shirt et la moustiquaire !

Encore une belle nuit très tranquille, des jeux sur la plage le matin, puis route jusqu’à Charlottetown, au milieu des champs de patates (c’est un gros secteur d’activité pour l’île : environ 25 % de la récolte annuelle de pommes de terre de tout le Canada vient de là). On profite d’être dans la capitale de la province pour acheter un vélo d’occasion pour Fabien (il fait encore une super affaire car les freins sont déréglés, on a l’impression qu’ici dès que les choses ne marchent plus, les gens s’en débarrassent sans chercher à les réparer…) et visiter cette jolie petite ville en bord d’océan et profiter d’un concert de jazz (aussi bien qu’à Nyon ou Montreux, avis aux amateurs !!!).

Dernier bivouac en bord de route, mais toujours face à la mer. Cette fois-ci c’est une plage de sable rouge, où l’on peut observer des hérons qui pêchent et des bernard-l’hermite, avant de rejoindre le Nouveau-Brunswick par le Pont de la Confédération. Ce pont fait 12,9km et a été construit entre 1993 et 1997. C’est le plus long pont au-dessus d’une étendue maritime prise par les glaces dans le monde…

Vous l’aurez compris, l’Ile du Prince Edouard nous a beaucoup plu, la tranquillité des lieux, les superbes plages, la température de l’eau pour se baigner, et les phoques si près des côtes ! Une destination que l’on recommande, d’autant qu’on a vu qu’un tiers de l’île !!!

 

Check Also

Bilan du Mexique, renommé le Kessyque !

Après 8900 kms en 105 jours, en roulant en moyenne 1h30 par jour, on a …

4 comments

  1. J adore vous lire !!! Continuez à nous en mettre plein les yeux via votre blog !!bises à vous 4

  2. Vous avez l’air de bien profiter!! Merci pour les nouvelles et les photos, on a l’impression de voyager avec vous! Je suis avec attention chaque détail de votre voyage! A très vite! Laurence

Laisser un commentaire